«Le message russe est plus politique que militaire, relativise l’analyste franco-israélien Michael Horowitz. Annoncer que la livraison des batteries a commencé est ambigu : ça ne se fait pas si rapidement, ce sont des équipements lourds, avec la batterie en elle-même, mais aussi le radar, les équipements électroniques. A priori, ce sont ces derniers éléments qui ont été livrés. Donc pour le moment, ce n’est pas totalement concret. De plus, les Israéliens s’entraînent depuis de nombreuses années à déjouer les S-300 ; pour Tsahal, c’est un système gênant, mais pas un “game-changer”.»

Read the full article here in French